Comment reconnaître l’architecture baroque ?

À quoi ressemble l’architecture baroque à Anvers ? comment reconnaît-on un bâtiment baroque ? C’est ce que nous allons vous révéler ici. Une formation express gratuite qui vous fera regarder Anvers autrement.

La rage de construire

Anvers est en prise au 17e siècle d’une sorte de rage de construire qui concerne tout particulièrement les édifices religieux. Logique car en ces temps de troubles religieux, quantité d’églises, de chapelles et de cloîtres ont été attaqués et endommagés et des projets de construction ont été suspendus. Par ailleurs, Anvers compte encore après la fermeture de l’Escaut (1585) quantité de très riches citoyens. C’est ainsi qu’émerge le baroque à Anvers au 17e siècle. Et les commanditaires ne regardent pas à la dépense...

Le baroque= mouvement

Comment rendre l’effet de mouvement dans la dureté de la pierre ? Comment donner à une façade et un intérieur l’aspect du vivant ? Car ce sont bien là les effets obtenus par le baroque. Et avec les moyens suivants :

Le baroque = ornementation à profusion

Le baroque, c’est aussi une profusion d’éléments ornementaux, à l’extérieur comme à l’intérieur des bâtiments. Tous les superlatifs s’y appliquent : foisonnant, triomphant, théâtral, festif, sensuel, exubérant, voire pompeux... C’est comme si l’Eglise voulait afficher son triomphe et sa vitalité. Comme si une église était le ciel sur terre. Quels sont donc ces ornements en question ?

Le théâtre est en plein essor au 17e siècle. L’opéra, qui est alors une discipline artistique nouvelle, a quelque chose de baroque par l’importance qu’il donne au décor et le côté emphatique du spectacle. Le mot spectacle vient d’ailleurs du latin spectare qui signifie regarder. On n’a en effet pas trop de deux yeux face au baroque...

Tout est dans l’entrée !

Les maisons baroques se reconnaissent essentiellement par la partie centrale de la façade, le porche d’entrée. C’est généralement la partie la plus richement décorée. Anvers comptait et compte encore quantité de maisons particulières, cloîtres et hospices arborant ce type de façade baroque.

Ces portes dites espagnoles datent de la période de domination espagnole qui couvre en partie le 17e siècle, l’époque du baroque. Elles empruntent au baroque l’encadrement richement décoré et le fronton, souvent brisé ou cintré.

La partie de la façade juste au-dessus de l’entrée est souvent riche en ornements, avec au sommet un couronnement de volutes, de cartouches, de guirlandes, de chapelles de faîte, d’éléments en saillie…

La couleur

De la couleur sur la façade d’un édifice baroque ? Certainement, en premier lieu sous la forme d’un mélange de matériaux de construction : brique rouge, grès blanc, pierre bleue... D’autres couleurs y sont parfois ajoutées par un élément doré ou peint.

Coupoles et tourelles

Certes, les coupoles ne sont pas caractéristiques du baroque mais, sous l’influence italienne, elles sont néanmoins très populaires à l’époque. Il n’y en pas d’exemple à Anvers car elles posaient des problèmes de construction : manque de maîtrise de la technique de maçonnage dans nos contrées, stabilité qui laissait à désirer...

Un clocher baroque se reconnaît à son couronnement et à sa place à l’arrière du chœur. C’est très souvent le cas au 17e siècle. Anvers possède de magnifiques clochers de style baroque. Ceux de l’église Saint-Paul et de l’église Saint-Charles-Borromée ont une base carrée et sont couronnés d’une coupole plus ou moins grande, elle-même surmontée d’une ‘lanterne’. Et oui, il y a aussi naturellement des volutes et des sculptures, des colonnes aux chapiteaux de diverses formes et tout le caractère exubérant du baroque.

Perspective

Rubens l’architecte avait dessiné l’entrée de sa maison au Wapper de façon à mettre en valeur la gloriette au fond du jardin. La perspective est du reste un élément important du baroque. Les architectes du baroque faisaient aussi parfois appel aux illusions optiques et aux trompe-l’œil. Ce qui ressemble par exemple à une coupole est en réalité une peinture, et un simple mur peut figurer un espace.

Renaissance

Attendez un peu. Que vient faire la Renaissance dans un décor baroque ? La Renaissance à Anvers date du 16e siècle, le baroque du 17e, non ? Certes, mais les riches Anversois du 17e siècle ornent encore leur maison d’une galerie d’arcs et colonnes donnant sur la cour intérieure, soutenue par des arcs et des colonnes. Des éléments typiques de la Renaissance en pleine époque baroque.

Plusieurs baroques

Il y va dans le baroque comme dans la vie : les mélanges sont fréquents et il existe donc plusieurs sortes de baroque. Un baroque sobre et un baroque opulent, un baroque ‘pur’ et un baroque aux éléments Renaissance. Ou avec toutes les caractéristiques du classicisme ou du rococo, qui succèderont au baroque. À Anvers comme ailleurs.

Le revoilà !

En évoquant le baroque à Anvers, on en vient inévitablement à Pierre Paul Rubens. Car le grand peintre est aussi architecte. Il travaille notamment à la construction de la célèbre église Saint-Charles-Borromée, une église des Jésuites à son époque. Rubens puise notamment son inspiration dans les édifices qu’il a visités pendant ses huit ans de séjour en Italie.

Et l’intérieur ?

L’intérieur d’une église baroque est très sensiblement différent de celui d’une église gothique. On y retrouve le mouvement et le dynamisme que nous avons déjà évoqués.

Tout l’intérieur est dirigé vers l’autel de manière à y attirer le regard dès l’entrée. Toute la lumière y est concentrée, car l’eucharistie, qui se déroule devant l’autel, est encore plus importante dans la liturgie de la Contre-Réforme. D’où la profusion d’autels majestueux et d’un chœur sans grande profondeur. D’où aussi l’espace unique qu’on tente de créer, sans chapelles latérales.

Le mobilier lui aussi est nouveau. Le prêtre délivre son sermon du haut de la chaire, placée au milieu de l’église. Les confessionnaux, où les fidèles viennent se délivrer de leurs pêchés, sont disposés dans les ailes latérales, plus sombres. Et les fidèles défilent au banc de communion du chœur pour prendre la sainte hostie, le corps du Christ.

Surprise !

La gare ferroviaire d’Anvers date du début du 20e siècle et est pourtant u bel exemple du baroque, en particulier la façade donnant sur la Astridplein. Il y a là naturellement un anachronisme, et il s’agit là d’un style d’imitation appelé le néobaroque. Vous y retrouverez toutefois toute l’exubérance et la profusion d’ornements de ‘l’ancien’ baroque. La gare a même une coupole centrale typiquement baroque...

Sigrid Spinnox

Contact





Book now

Opening Days

Special opening days

Special closing days

Individual visitors

Price per person:

Reduction rates

Card holders

City Card: .

Groups

Prices

Schools

Prices

d'Autres ont aussi consulté

La Maison Rubens - copyright Kathleen Michiels

La Maison Rubens

Le palazzo anversois de Rubens est une des demeures d'artistes les plus connues au monde.

Visite guidé - copyright Jan Pollers

Visite guidé

Votre visite sera encore plus enrichissante en compagnie d’un guide expérimenté.

Églises monumentales d’Anvers - copyright Dave Van Laere

Églises monumentales d’Anvers

La Cathédrale Notre-Dame, l’Église Saint-André, l’Église Saint-Charles-Borromée, l’Église Saint-Jacques et l’Église Saint-Paul forment un ensemble inégalé d’églises historiques au cœur de la ville.

[object Object]